PARISSY01 1 / 15
Issy02 2 / 15
PARISSYAXO01 3 / 15
PARISSYAXO03 4 / 15
PARISSYAXO04 5 / 15
PARISSYAXO02 6 / 15
Issy07 7 / 15
PARISSYDT04 8 / 15
PARISSYDT03 9 / 15
PARISSYDT01 10 / 15
Issy05 11 / 15
Issy06 12 / 15
Issy012 13 / 15
Issy010 14 / 15
Issy013 15 / 15

PARISSY01

PARISSY PHASE 2

PAR ISSY

A l’heure où les infrastructures habitent, voir dominent la ville, il est temps de les accepter et de les valoriser.
Ces infrastructures utilisent un vocabulaire poétique, fait de courbes, de sinuosité, de pittoresque, dédié à l’automobile.

Mais pourquoi ne pas offrir cette richesse de langage aux piétons?
Pourquoi ne pas organiser une dialectique à ciel ouvert entre les véhicules et les promeneurs?

Prenons comme postulat l’infrastructure comme l’organisateur de la ville.

La question soulevée est donc l’intégration des infrastructures aux formes et aux pratiques de la ville.
Non lieu, somme de délaissé routiers, identité dégradée, territoire en mutation au potentiel fort grâce aux éléments qui le constituent, ce site  nécessite une transformation afin de constituer une identité forte.

Ainsi, la première intervention consiste à réorganiser les flux en créant un giratoire desservant la ville d’Issy les Moulineaux principalement par l’axe des quais vers le Boulevard Gallieni.

Il est fondamental d’identifier clairement les limites d’entrées dans la ville, afin de mieux en apprécier le seuil et renforcer la volonté et le désir d’y pénétrer.
La mise en valeur de l’entrée d’Issy les Moulineaux se fera par l’usage.
Afin d’obtenir une clarté urbaine, il est important d’en dégager la principale vue depuis Paris, en allégeant tout d’abord la structure du périphérique E05 pour augmenter la visibilité de Paris vers Issy d’environ 90%.

Trame fluviale, ferroviaire, le périphérique ainsi que les voies rapides des berges sont les éléments actifs de la morphogénèse du projet.

En effet, c’est suivant ce vocabulaire que le projet s’est constitué, comme un vaccin, contenant le virus auquel il s’attaque.
Après avoir déterminé les différents désagréments du site, tel que les zones d’activités, les limites physiques et visuelles, nous avons procédé à une équation synthétique des différents usages.
Une unique ligne fédère les flux piétons depuis les bords de Seine, côté Paris et côté Meudon, ainsi que la station de RER (Boulevard Victor), pour les transporter vers et par Issy.

Pour constituer l’identité du site, il faut donc une proposition forte, marquant la volonté de rayonnement du site de manière à pouvoir frapper la conscience collective.
Une structure pont, véritable muscle végétal, vient tisser les points majeurs du site pour les diriger vers l’entrée d’Issy tout en filtrant les pollutions de ce noyau automobile, fluvial et ferroviaire.

Les lames végétalisées, qui constituent cette structure, profitent à la fois aux piétons et aux voitures, en surplomb, en contrebas, à l’abri ou découvert, elles s’entremêlent avec leur contexte proche.
Elles s’appuient à la fois sur des éléments ponctuels du site et sont orientées par les directions fortes.
Ces éléments viennent alors unifier l’ensemble pour atteindre un climat commun inhérent au ruban vert.

Ce poumon biologique crée une image lisible et forte du site variant de densité et de couleurs au cours des saisons.  Nous proposons donc un parcours paysager, résultant de l’association  de la technique, l’urbain, de l’architecture, du paysage et du land art.

Elles viennent articuler différentes échelles et de multiples usages dans une trame structurelle, qui n’est pas une fin en soi, mais un moyen d’obtenir une unité de langage avec une pluralité d’usages.

Les formes  sont générées par capillarité sur les infrastructures, les courbes végétales créent un changement de texture et de perception .  Cette modification du territoire vient mettre en valeur l’existant tout en tissant du lien sur le parcours de l’usager, la ballade du promeneur de et vers Issy.

L’effet cinétique, produit par la structure qui se gonfle et s’amincit, génère autour du piéton de multiples séquences, la perception des lames est évolutive et son aspect est changeant.

Ciel végétal, multiplicités des usages, plaisirs de ville réinventés, reconquête du territoire automobile par le piéton.

  • Type: Equipement
  • État: En cours
  • Année: 2011
  • Ville: PARIS ISSY-LES-MOULINEAUX
  • Client: Bouygues Immobilier
  • Superficie: 2,8km/linéaires
  • Budget: N.C.
  • Équipe: Stéphane MALKA Architecture: Ana Alexandra Sa, Marine Puissant, Alice Barrois, Mathilde Moati architectes assistantes
  • Prestation: Etude de Faisabilité